CanadiensHockeyLNH

Stéphane Richer donne un conseil à Jonathan Drouin

Stéphane Richer a été un joueur très talentueux pour le Canadien et il a vraiment marqué l’histoire, étant le dernier marqueur de 50 buts de l’équipe. Celui-ci aurait pu connaitre une carrière incroyable àMontréal, mais la pression médiatique a fini par le rendre fou et nuire à ses performances sur la patinoire.

Bref, celui-ci était de passage en entrevue avec Mario Langlois au 98,5 FM hier soir. L’un des sujets abordés a été les performances de Jonathan Drouin depuis 2 ans avec le Canadien et la pression pour un Québécois d’évoluer dans un marché aussi imposant. Richer avait un précieux conseil pour le #92.

Il faut mentionner que le message était plutôt simple. Richer conseille simplement à Drouin de s’amuser sur la patinoire et de laisser son talent parler. Surtout de ne pas tomber dans la pression d’en faire trop pour produire, alors que la production viendra tout seul avec le temps. Il suffit de faire son travail sur la glace.

On peut dire que Drouin a effectivement semblé perdre le plaisir de jouer à la conclusion de la dernière saison. Le petit québécois possède vraiment beaucoup trop de talent et comme Richer à l’époque, on se demande s’il se donne à 100% puisque les efforts ne semblent pas toujours au rendez-vous. L’athlète de 24 ans peut exploser dans un match avec 4 points et être complètement invisible la partie suivante. Se pourrait-il que Drouin se met trop de pression ? Ça ne semble pas du «Je-m’en-foutisme», mais plus de vouloir en faire trop.

Un certain Alex Kovalev, même s’il n’est pas Québécois, avait une tendance similaire à ses débuts à Montréal. Il voulait faire plaisir aux partisans grâce à sa production, mais se mettait trop de pression. Lorsqu’il a compris que le plus important, c’était de s’amuser, le Russe a été très productif avec l’équipe. C’est pourquoi Drouin droit apprendre à faire la même chose pour éviter une «paralysie offensive» durant la prochaine saison.

On sait que Jonathan peut faire mieux que 53 points en une saison. Il faut seulement qu’il apprenne à gérer la pression et faire le travail avec son talent. Richer a aussi passé par ça et il a tout de même marqué 50 buts à deux reprises à Montréal. C’est la mission de Drouin cette année de trouver le moyen de produire sans pression.

Crédit photo : ballecourbe.ca

Article précédent

Vernon Adams Jr. honoré par la LCF

Article suivant

Mitch Marner pourrait demeurer en Suisse

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *