BasketballDivers

Les Cavaliers en sortent-ils améliorés?

En signant le garde de 35 ans Dwyane Wade, le 27 septembre dernier, les Cavaliers de Cleveland ont mis un dernier point d’exclamation à une saison morte particulièrement mouvementée. À l’aube de la saison 2017-18 de la NBA, il est possible de croire que l’équipe de l’Ohio s’est en fait améliorée dans les quatre derniers mois.

Évidemment, Lebron James et sa bande ont perdu l’une de leurs armes les plus efficaces, lorsque le jeune Kyrie Irving, accompagné de ses 25 points et de ses 6 passes décisives par match en 2016-17, a décidé de quitter le navire.

En retour, la formation en bourgogne et or, a entre autres reçu le joueur étoile Isaiah Thomas, l’ailier défensif Jae Crowder, ainsi que le choix de première ronde des Nets de Brooklyn au repêchage de 2018.

Thomas est sans contredit la pièce centrale acquise par les Cavaliers dans cet échange. Après avoir échoué à s’établir à Sacramento et à Phoenix, le garde de 5 pieds 9 pouces a enchaîné deux superbes saisons avec les Celtics de Boston. Sa dernière campagne a été couronnée par des places au match des étoiles et dans la deuxième all-NBA team, ainsi que par une excellente moyenne de points par match de 28,9.

Seul hic: le meneur de jeu est blessé à la hanche, et pourrait s’absenter jusqu’à Noël, ou même jusqu’au match des étoiles, en février.

La réunion des frères

Dwyane Wade rejoint quant à lui l’un de ses meilleurs amis en Lebron James. Les deux vedettes ont partagé le plancher à Miami pendant quatre saisons, de 2010 à 2014, raflant au passage deux titres.

Les années commencent à faire leur effet sur Wade, il n’y a pas de doute. Pourtant, sa seule année avec les Bulls de sa ville natale lui aura permis d’adapter son style de jeu. Celui qu’on connaît plutôt pour ses habiletés près du panier a fait monter la saison dernière son pourcentage de réussite de la ligne de trois points à .310. C’était la première fois depuis la saison 2010-11 qu’il remontait au-dessus de la barre des .300.

En compagnie de James, avec qui la complicité ne fait aucun doute, il devrait être capable de continuer sur sa lancée. Rappelons que James est l’un des meilleurs passeurs de la ligue: il a terminé au 6e rang de la ligue en termes de passes décisives par match, ce derrière cinq gardes.

Il n’est donc pas impossible d’imaginer une petite résurgence de la part de Wade. Celui qu’on appelle le Flash devrait du moins demeurer autour de sa moyenne de points par match de la saison passée, 18,3.

Profondeur, profondeur…

Ce n’est pas tout. Koby Altman, nouveau directeur général de l’équipe « clevelandaise », a également attiré Derrick Rose au cours de l’été. Ancien joueur le plus utile en 2010-11 (avant qu’il subisse plusieurs blessures ligamentaires au genou), il sera sans doute responsable de la première unité en attendant que Thomas revienne au jeu. Si les blessures ne viennent pas l’ennuyer à nouveau, il pourrait constituer une belle surprise.

En plus de Rose, Jose Calderon et Jeff Green se joignent à l’équipe en tant qu’agents libres. Ils aideront grandement à établir la profondeur, ce dont les Cavaliers ont clairement manqué en juin dernier lorsqu’ils se sont fait éliminer en 5 parties par les Warriors de Golden State. Jae Crowder, acquis dans l’échange de Kyrie Irving, pourra se greffer à la seconde unité et faire preuve de ses excellentes habiletés défensives.

À un an de la fin du contrat actuel de leur meneur, Lebron James, les Cavs se devaient de construire une équipe plus équilibrée. Malgré le départ d’Irving, ils se sont donné d’immenses chances de retourner en finale cette saison, des chances que très peu de gens voyaient il y a à peine 2 mois, lorsque le garde a remis sa demande de transaction.

Crédit photo: wkyc.com

Article précédent

Avant-Match #32 / Rapids vs Impact de Montréal

Article suivant

Enfin l'alignement complet du Canadien ?

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *