FootballLCF

De mal en pis pour les Alouettes

Les Alouettes de Montréal ont encore subi une correction, hier soir à Calgary, en perdant 59-11 face aux Stampeders.

Il s’agit d’une 7e défaite consécutive pour les Moineaux. Leur dernière victoire remonte au 11 août contre les Argonauts. C’est donc dire que Kavis Reed n’a toujours pas obtenu de victoire à titre d’entraîneur-chef de l’équipe.

Reed a d’ailleurs choisi de faire jouer Drew Willy comme partant en remplacement de Darian Durant. Ce changement n’a pas vraiment porté ses fruits, car l’équipe n’a marqué que 11 points. Il n’y avait qu’un seul point au tableau pour les Alouettes après un quart. Les déboires de Montréal dans les quinze premières minutes se poursuivent donc de semaines en semaines.

L’attaque n’arrive tout simplement pas à faire produire quelque chose. L’offensive montréalaise a cumulé beaucoup trop de séquences de deux jeux seulement suivi d’un botté. Après un quart, Montréal avait seulement 18 verges de gain au total. Les premiers jeux se faisaient rares.

Pendant ce temps, Calgary a eu pas moins de 6 séquences consécutives à l’attaque avec des points. Le quart Bo Levi Mitchell a déchiqueté la défense des Alouettes en morceaux tout au long du match. Cette attaque est bien diversifiée. On a souvent vu des longs jeux de 50 verges et plus, mais on a aussi pu voir des séquences où les Stampeders devaient toujours passer par le 2e essai pour obtenir le premier jeu. Vraiment, Mitchell faisait ce qu’il voulait face à Montréal.

Une défensive atroce

Nous aurons tout vu dans cette partie : longues passes, longues courses, plaqués ratés et mauvaises couvertures. Si Kavis Reed croyait que le système défensif était défectueux avec Noel Thorpe, il l’est encore pire en ce moment. C’est la première fois que les Alouettes accordent plus de 50 points à son adversaire depuis 2010.

Les statistiques parlent d’elles-mêmes. Calgary a gagné 308 verges par la passe et 216 au sol, bon pour un total de 524. Pour un football à 3 essais seulement, ce sont des chiffres énormes.

La guerre des unités spéciales

Lorsqu’on parle d’une domination totale, on peut montrer la performance des Stampeders d’hier comme exemple. Calgary n’a pas seulement été dominante en attaque et en défense : elle a fait mal à Montréal en gagnant constamment la guerre du positionnement sur le terrain via les unités spéciales.

Stefan Logan, le retourneur des Alouettes, n’a pas su se créer de l’espace. Ses retours de botté rapportaient quelques verges à son équipe, mais sans plus. C’est donc dire que Montréal commençait souvent leur séquence à l’attaque profondément dans leur territoire.

Pendant ce temps, Calgary débutait leur série à l’attaque très souvent déjà dans le territoire de Montréal. C’est notamment grâce au retourneur Roy Finch, qui était électrisant jusqu’à ce qu’il se blesse. Son remplaçant a été encore meilleur, en marquant un touché sur un retour de botté. Vraiment, rien ne fonctionnait hier pour les Alouettes.

Changement de personnel

Lorsque Drew Willy s’est blessé au 4e quart, c’est le quart-arrière Matthew Shiltz qui a pris la relève et non pas Durant. Le jeune de 24 ans a somme toute bien fait dans une cause perdue. Avec le départ de Vernon Adams, il s’agit peut-être du futur de l’équipe au poste de quart.

Le receveur T.J. Graham a lui aussi fait son entrée dans le match au 2e quart. Il a toutefois été décevant en échappant deux passes qu’il se devait d’attraper. Les deux fois, il était seul et avait le ballon dans les mains. À l’instar de son équipe, il a beaucoup de travail à faire.

Calgary n’a donc eu aucune pitié pour Montréal. On aurait littéralement cru que des hommes affrontaient une équipe de première secondaire. L’avenir des Alouettes n’a jamais été aussi sombre. À chaque année, tout le monde parle de changement à venir, mais apparemment, ces changements ne font aucune différence. Alors, que reste-t-il à faire pour que l’équipe soit compétitive à nouveau ? L’incertitude règne comme jamais, et les partisans sont à bout. Personne n’est intéressé à regarder son équipe se faire démolir semaines après semaines, saisons après saisons. Les Alouettes devront tourner le vent de côté avant de perdre ses partisans et le peu de crédibilité qu’il leur reste.

Avec une fiche de 3 victoires et 11 défaites, Montréal est encore mathématiquement dans la course aux séries. Le prochain match de l’équipe aura lieu le 9 octobre, contre les Eskimos, au Stade Percival-Molson.

Crédit photo : rds.ca

Article précédent

Un contrat historique pour Russell Westbrook

Article suivant

Avant-Match #32 / Rapids vs Impact de Montréal

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *