FootballNFL

Prédiction NFL 2019 : NFC East

L’an dernier, ce sont les Cowboys de Dallas qui ont remporté la division est de la Nationale avec une fiche de 10-6. Ce sera une bataille à deux équipes cette saison. Par contre, la direction des Cowboys aura beaucoup de pain sur la planche, eux qui devront régler la situation contractuelle de trois joueurs importants pour l’avenir de la franchise à Dallas. Malgré cette distraction, peuvent-ils défendre leur titre pour la troisième fois en cinq ans ?

Eagles de Philadelphie (10-6)

La plus grande crainte dans la ville de l’amour fraternel est aussi la question que tous les partisans des Eagles se posent, est-ce que Carson Wentz peut rester en santé durant une saison complète ? Le quart de 26 ans était tout feu tout flamme en 2017 avant de se déchirer le ligament croisé antérieur avec 33 passes de touché contre 7 interceptions, lui qui a raté 8 rencontres en trois campagnes. Après 5 saisons passées à Philadelphie et un premier titre de championnat dans l’histoire de la franchise, la haute direction a pris une décision déchirante en laissant le « Messie » Nick Foles, voler de ses propres ailes.

Philadelphie a rapatrié un visage familier avec la signature du receveur Desean Jackson qui a connu trois saisons de plus de 1000 verges en six campagnes avec les Eagles. C’est une menace verticale puisqu’il est très électrisant sur un terrain de football et qu’il peut transformer un tracé de routine en jeu explosif, lui qui compte 63 gains de +40 verges depuis 2008. Zach Ertz a été l’ailier rapproché le plus ciblé en 2018 avec 116 réceptions et a établi un sommet personnel en carrière avec 1163 verges. L’attaque au sol reposera sur les épaules de Miles Sanders, qui pourrait être la recrue offensive de l’année en 2019. Celui qui était réserviste à Saquon Barkeley à son année senior a connu un stage junior inoubliable avec 1274 verges et 9 touchés avec l’Université Penn State.

Défaite possible : à Atlanta, Detroit, à Green Bay, à Minnesota, à Dallas, à Miami

Cowboys de Dallas (7-9)

De quelle façon sera gérée la situation contractuelle de Ezekiel Elliott qui serait à la recherche d’une entente de 4 ans pour 57M$ ? Aucun doute qu’il a les arguments pour être gourmand dans ses demandes, alors que sa production est impressionnante, lui qui a terminé au premier rang chez les porteurs de ballon avec 1434 verges sur 306 portées. Le propriétaire Jerry Jones veut éviter un cas comme celui de LeVeon Bell, alors que les négociations avaient abouti dans l’impasse. Elliott s’entraîne présentement à Cabos au Mexique, mais les Cowboys ne souhaitent pas que cette histoire fasse de leur saison un cirque médiatique, l’équipe étant toujours à la conquête d’un premier titre du Super Bowl depuis 1996. J’ai des doutes que Tony Pollard, qui a impressionné en matchs préparatoires, puisse palier la perte d’un joueur aussi explosif et dominant qu’Elliott.

Le quart-arrière Dak Prescott et le receveur Amari Cooper souhaitent également être payés et veulent tous les deux faire sauter la banque à Dallas. L’arrivée de Cooper, suite à une transaction avec les Raiders d’Oakland, avait revampé l’attaque des Cowboys avec 725 verges et 6 touchés en neuf rencontres. Dallas, qui était exclu des séries lors de sa semaine de congé, ont relancé leur saison avec cet échange, combinant un dossier de 8 victoires contre 2 défaites pour finalement remporter la division est de la Nationale. La présence du receveur Randall Cobb enlèvera de la pression sur les épaules de Cooper. De plus, l’équipe de l’Amérique pourra compter sur le retour de l’ailier rapproché Jason Witten, sorti de sa retraite après un an comme analyste pour la chaîne ESPN lors du Monday Night Foptball. En défensive, le dossier est réglé pour l’ailier défensif Demarcus Lawrence qui a paraphé une entente de 5 ans pour 101M$. La tertiaire sera encore une fois solide, menée par Sean Lee et le secondeur de deuxième année Leighton Vander Esch.

Défaite possible : En Nouvelle-Orléans, à New York Jets, à New York Giants, Minnesota, à Detroit, en Nouvelle-Angleterre, à Chicago, LA Rams, à Philadelphie

Giants de New York (4-12)

Les prochaines années s’annoncent excitantes pour cette équipe qui semble finalement avoir trouvé l’héritier à Eli Manning avec la sélection de Daniel Jones, 6e au total lors du dernier repêchage. La comparaison est évidente, eux qui sont tous les deux grands, possèdent un bon bras, se débarrassent rapidement du ballon et le plus important, la relation qu’ils entretiennent avec l’entraîneur-chef David Cutcliffe à l’Université Duke. Ce ne sera pas la première fois que Jones recevra l’enseignement du cadet des frères Manning. En fait, durant le camp d’entraînement des Blue Devils, les deux quarts et maintenant coéquipiers à New York ont passé beaucoup de temps à regarder de la vidéo ensemble. Jones a beaucoup appris d’Eli durant la saison morte. Le propriétaire John Mara espère qu’Eli connaîtra une excellente saison et que Daniel Jones restera sur le banc, mais permettons nous d’être sceptiques. La recrue sera lancée dans l’action lorsque les Giants éprouveront des difficultés.

Le deuxième tour de piste s’annonce parsemé d’embûches pour la recrue offensive de l’année en 2018, Saquon Barkeley. avec le départ du receveur étoile Odell Beckham Jr. Les Giants compteront sur le #26 pour être le catalyseur en attaque. Il risque d’être le seul qui animera le spectacle à New York et les défensives adverses l’attendront de pied ferme, mais pourront-elles le contrer ? Bonne chance !

Défaite possible : à Dallas, à Tampa Bay, Minnesota, en Nouvelle-Angleterre, Arizona, à Detroit, à New York Jets, à Chicago, Green Bay, Philadelphie (deux fois), à Miami

Redskins de Washington (3-13)

La situation sera similaire dans la capitale nationale des États-Unis, suite à la sélection du quart-arrière Dwayne Haskins. La haute direction risque de perdre patience avec l’actuel entraîneur-chef des Redskins Jay Gruden qui se retrouve sur un siège éjectable cette année. Plusieurs rumeurs font état que le meilleur plaqueur à gauche de la NFL, Trent Williams aimerait recevoir une hausse de salaire sur les deux dernières années de son contrat, mais ce n’est pas la raison qui explique pourquoi il se tient à l’écart des activités des Redskins. Il tente d’envoyer un message clair à ses coéquipiers et à toute l’organisation, visiblement furieux de la manière dont le groupe d’entraîneurs traite ses joueurs. Le propriétaire Daniel Snyder n’a pas l’intention de l’échanger et la ligne offensive qui est l’une des pires dans la NFL sera vulnérable sans Williams dans l’alignement

Les Redskins ont nommé leur quart partant pour la semaine #1 face aux Eagles de Philadelphie. Ce sera Case Keenum qui obtiendra le départ, lui qui en sera à sa cinquième équipe en 7 ans et qui compte 42 interceptions en 57 matchs en carrière. OUTCH ! Keenum ne sauvera pas le football à Washington. Par contre, Haskins pourrait bien redonner espoir aux partisans des Redskins, mais il pourrait bien être trop tard.

Défaite possible : Philadelphie (deux fois), Dallas (deux fois), Chicago, à New York Giants, Patriotes, San Francisco, à Minnesota, New York Jets, Détroit, en Caroline, à Green Bay

Crédit photo: nfl.com

Écrit par: Tristan Côté

Article précédent

Prévision LNH 31 en 31 : Rangers de New York

Article suivant

Un essai pour Jason Pominville avec le CH ?

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *