FootballLCF

Première coupe Vanier en 9 ans pour les Mustangs

Les Mustangs de l’université Western (11-0) disputeront une première coupe Vanier en 9 ans ce samedi à 13h lors de la 52e édition du championnat de football universitaire canadien au Tim Hortons Field de Hamilton. Un affrontement entre la meilleure équipe de l’Ontario et celle du Québec.

Pour l’occasion, les Mustangs retrouveront les mêmes adversaires qu’en 2009 à Hamilton, c’est-à-dire le Rouge et Or de l’université Laval (10-1) qui l’avait emporté par la marque de 44-21. Même si le Rouge et Or demeure l’équipe à battre selon le classement universitaire au Canada, il faut dire que les Mustangs sont probablement les favoris pour cette confrontation même s’ils sont considérés comme les deuxièmes favoris au Canada.

On parle donc d’une attaque dévastatrice menée par le quart-arrière Chris Merchant à Western qui a inscrit un total de 222 points lors de ses trois derniers matchs en séries éliminatoires cette année. Le Rouge et Or en a inscrit 286 au total pour ses 8 matchs de la saison régulière. Au fil des dernières années, les Mustangs semblaient pourtant posséder tous les outils pour accéder à la finale, mais ils se sont tout de même fait éliminer hâtivement. Ce qui nous mène à l’édition 2017 de Western qui semble être encore plus solide que dans le passé. Il faudra cependant se méfier de la défensive de Laval qui possède probablement la meilleure unité au Canada.

« Ce qui fait notre force cette saison, c’est le fait que tous les joueurs sont très proches dans le vestiaire et on adore surtout jouer ensemble. On travaille tous vers le même but et quand tout le monde fait son travail dans l’équipe, on devient pratiquement imbattable » analyse le demi défensif québécois des Mustangs Jordan Beaulieu.

D’ailleurs, bien que l’attaque est impressionnante actuellement, il faut aussi souligner que la défensive des Mustangs fait de l’excellent travail pour arrêter les autres offensives de circuit universitaire canadien. On parle de seulement 47 points alloués en trois matchs, une moyenne de 16 points par rencontre. Tous les joueurs apportent leur grain de sel avec beaucoup d’efficacité. De plus, la brigade défensive peut d’ailleurs compter sur plusieurs joueurs québécois qui se sont amenés avec l’équipe ontarienne au cours des 4 dernières saisons. On peut mentionner les noms de Jordan Beaulieu, ainsi que les secondeurs Philippe Dion et Jean-Gabriel Poulin.

« On sait que Laval c’est l’un des meilleurs programmes au Canada qui possède un solide historique et de bons entraineurs. Ceci dit, on ne prend pas cette confrontation à la légère et on se prépare sérieusement comme à chaque semaine en défensive. Pour nous, ce n’est rien de différent comme semaine de préparation, même si l’enjeu de ce match s’avère extrêmement important », ajoute le numéro 31 des Mustangs.

À ces trois Québécois s’ajoutent également les porteurs de ballon Yannick Harou, Anthony Joyal et Cedric Joseph, le secondeur Shakiym Hoyte, le demi-défensif Mike Sananes, le joueur de ligne offensive Grégoire Bouchard et le receveur Jordan Dubuc. Il y aura donc 10 Québécois dans le camp des Mustangs pour cette rencontre. Ce qui pourrait s’avérer un avantage puisque ceux-ci ont joué leur football collégial face à plusieurs membres du Rouge et Or dans le passé.

« Heureusement, ce sont majoritairement tous des joueurs qu’on a affrontés au Cégep. On connait donc leurs tendances sur le terrain, mais ce sera certainement un affrontement très excitant pour mes coéquipiers et moi. On veut prouver qu’on peut gagner face à l’équipe de notre province d’origine », conclut le vétéran de quatre saisons chez les Mustangs.

Ainsi, avec tous les joueurs québécois dans la formation partante des Mustangs de l’université Western, on pourrait même espérer une victoire face au Rouge et Or. L’équipe de l’Ontario tentera donc de remporter un premier titre de la Coupe Vanier en l’espace de 24 ans. Une opportunité que les joueurs ne doivent absolument pas laisser passer.

Crédit photo : cbc.ca

Article précédent

Dernière course de la saison 2017 en Formule 1

Article suivant

Même malade, Connor McDavid connait du succès

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *