HockeyLNH

Enfin pour les Capitals ?

Les Capitals de Washington ne se sont pas retrouvés en finale de conférence depuis la saison 1997-1998. Depuis leur tentative de conquête de la Coupe Stanley en 1998, les Capitals se sont inclinés sept fois dans la première ronde des séries éliminatoires, six fois en deuxième ronde et ils ne se sont pas qualifiés pour les séries à six reprises.

Dominance de Washington

Leur présence est bien méritée cette saison en finale de conférence. Avec leur fiche de 49 victoires, 46 défaites et 7 défaites en temps supplémentaire, l’équipe américaine se classe au premier rang de la division métropolitaine.

En séries, les Capitals ont eu de la difficulté à débuter leurs affrontements en force, mais ils ont toutefois su rebondir. C’est en perdant leurs deux premiers matchs à domicile contre les Blue Jackets de Columbus que la pression s’est fait ressentir pour Washington. Eux qui ont la fâcheuse tendance de se faire éliminer en première ou en deuxième ronde des séries. Ils ont par la suite remporté les quatre duels suivants. L’effort offensif des joueurs des Capitals a fait la différence dans cette série, alors qu’ils ont marqué 24 buts en 6 rencontres.

Le plus gros défi des joueurs de Washington en séries éliminatoires était de réussir à battre leur bête noire, les Penguins de Pittsburgh. Éliminés deux ans d’affilés par l’équipe de Mike Sullivan, les Capitals se voyaient mis face à un défi de taille. Les Capitals se retrouvaient dans une situation semblable cette année, alors qu’ils se classaient premiers de leur division, tout comme les deux dernières années alors qu’ils se sont fait éliminer par l’équipe en seconde position. Washington n’a toutefois pas répété ses erreurs et a remporté la série en 6 matchs. Le joueur vedette des Penguins, Sidney Crosby a obtenu huit points lors de cette série. Il s’est inscrit sur la feuille de pointage lors de cinq des six rencontres entre les deux équipes. Son adversaire Alex Ovechkin a su totaliser pratiquement le même nombre de points (7). La rivalité Crosby/Ovechkin dure depuis bien longtemps alors qu’ils se faisaient souvent comparer auparavant afin de savoir qui était le meilleur. La grande majorité dira que Crosby remporte ce titre haut la main, mais le joueur russe ne s’est pas laissé impressionner cette année en tenant tête aux Penguins avec l’aide de son équipe.

Pourcentage d’arrêt qui va en s’améliorant

Braden Holtby, n’ayant pas joué lors du premier match de séries, a fait ses débuts lors de la deuxième rencontre contre les Blue Jackets alors que son coéquipier Phillipp Grubauer s’est vu retiré après 40 minutes de jeu après avoir accordé quatre buts en 22 lancés au filet. Le pourcentage d’efficacité du gardien des Capitals va en s’améliorant plus les séries éliminatoires avancent. N’étant même pas le gardien partant lors du début de la première série, le cerbère canadien a vu son pourcentage d’efficacité augmenter à .918% lors de la série contre Pittsburgh et à .924% jusqu’à présent contre le Lightning de Tampa Bay.

En plus de ressentir de plus en plus de confiance devant le filet, les joueurs des Capitals totalisent une moyenne de 3.79 buts comptés par matchs jusqu’à présent en séries éliminatoires.

Affrontements Washington/Tampa Bay

Depuis le lockout en 2004-2005, les deux équipes ne se sont affrontées qu’une fois en série. Le Lightning avait eu raison des Capitals, alors que l’équipe a balayé Washington en quatre rencontres lors de la saison 2010-2011. Cette saison, les trois affrontements de ces équipes se sont conclus par deux victoires de Tampa Bay, ainsi qu’une de Washington. Nous avons eu le droit à des duels plutôt serrés en saison régulière, contrairement aux séries, alors que les Capitals ont dominé la troupe de Jon Cooper par des victoires de 4 à 2 et 6 à 2.

Il ne faut pas oublier que les deux victoires ont été remportées à l’étranger. Les Capitals retournent donc à la maison avec un avantage de deux victoires et l’avantage de la patinoire.

Le leader russe

Le capitaine des Capitals à 32 ans a plusieurs trophées à son actif, dont le Art Ross, le Maurice Richard, le Calder, le Hart et le Ted Lindsay. Il n’a toutefois jamais pu toucher au trophée le plus convoité de toute la ligue nationale, la Coupe Stanley.

Avec ses bonnes années qui commencent à se trouver derrière lui, Ovechkin se voit accorder la chance d’obtenir cette coupe cette année, alors qu’il ne lui reste plus que six victoires pour y arriver.

C’est mardi le 15 mai que nous verrons les Capitals à l’oeuvre à domicile au Capital One Arena. Eux qui tenteront de balayer l’équipe floridienne afin d’accéder à la finale de la Coupe Stanley.

Crédit photo : tvasports.ca

Article précédent

Joe Morrow critique l'organisation du Canadien

Article suivant

Le Canada l'emporte de justesse face à la Lettonie

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *