HockeyLNH

Les Bruins, dans l’oeil de l’ouragan

Aucun preneur aux livres n’aurait pensé voir les Hurricanes de la Caroline dans le carré d’as qui croiseront le fer avec les Bruins de Boston ce soir dès 20h. La série de trois matchs cette saison a été à l’avantage des Bruins, mais à chaque fois, ils ont dû redoubler d’ardeur pour venir à bout des Canes. Leur dernier affrontement en séries remonte à 2009, alors que la Caroline avait causé la surprise en éliminant Boston sur un but de l’attaquant Scott Walker en prolongation lors du match ultime. Ce qui avait propulsé les Hurricanes en finale de l’Est. Le scénario sera-t-il différent cette année ? Qui remportera la série ?

Difficile de miser sur l’une ou l’autre des deux équipes, alors que le dénouement est imprévisible et rien n’est gravé dans la pierre. Il y a un vieux dicton qui dit que la défensive gagne des championnats. Ce que les Bruins et les Hurricanes semblent avoir compris puisqu’ils mènent la LNH au chapitre des buts accordés. Suite à l’élimination des Blue Jackets en six rencontres, Boston a le vent dans les voiles et arrive en finale de conférence avec le momentum. L’équipe a assisté au réveil de Patrice Bergeron, Brad Marchand et David Pastrnak qui ont sonné la charge depuis les trois dernières rencontres avec 11 points à leur actif.

De plus, la Caroline devra être disciplinée si elle espère accéder à une première finale de la coupe Stanley depuis 2006 puisque les Bruins sont excellents en avantage numérique. Ils ont fait payer l’adversaire avec 10 buts pour un taux d’efficacité de 28% à 5 contre 4. Où seraient les Bruins sans le brio de Tuukka Rask qui connaît des séries du tonnerre depuis le départ de Tim Thomas ? Il a toujours été le gardien de but de confiance, portant le flambeau depuis tout ce temps à Boston. Il était d’ailleurs aux premières loges en 2011 pour assister à la conquête de la coupe Stanley, alors qu’il évoluait à titre de réserviste. Cette année, Rask veut écrire sa propre histoire, lui qui affiche des statistiques incroyables, comparables à ceux de 2013 lorsque rien n’arrivait à percer sa muraille, avec une moyenne de buts alloués de 2.02 et un pourcentage d’efficacité de ,938%.

De leur côté, les Hurricanes sont au repos depuis le 3 mai dernier, mais cette situation pourrait être un couteau à deux tranchants. La Caroline aura beaucoup de temps pour analyser les vidéos et décortiquer le jeu de leur prochain adversaire, mais ils pourraient avoir de la difficulté à retrouver leurs jambes pour le match #1 de la série. Cependant, les Hurricanes jouent avec tellement de confiance et c’est une équipe qui n’a peur de personne, malgré le fait qu’elle est la seule équipe repêchée toujours en vie dans le tournoi printanier.

L’équipe a vécu son lot d’adversité, perdant les services de son gardien de but partant, Petr Mrazek qui s’est blessé au bas du corps lors de la deuxième période dans le match #2 face aux Islanders. La série aurait pu basculer en faveur de New York, mais Curtis McElhinney a été étincelant en relève et les Canes ont continué de passer le rouleau compresseur dans un balayage de quatre rencontres.

Une belle histoire est en train de s’écrire en Caroline, malgré la jeunesse et l’inexpérience de l’équipe. Elle semble être condamnée à gagner. L’entraîneur-chef Rod Brind’Amour, même s’il en est seulement à sa première saison derrière le banc, est très proche de ses joueurs et ça se voit sur la glace. L’équipe semble avoir du plaisir à jouer au hockey, un peu comme les Golden Knights de Las Vegas l’an passé, qui tout comme les Canes, avaient pris la planète hockey par surprise. C’est spécial puisque, Mr. match #7, le capitaine Justin Williams était de l’édition championne en 2006 et a joué en compagnie de Brind’Amour qui portait le « C » à l’époque. Maintenant, c’est son supérieur.

Une autre histoire qui sera intéressante à surveiller, c’est celle du défenseur Dougie Hamilton qui est de retour à Boston où tout a commencé pour lui, mais cette fois, à titre d’adversaire. Parions que l’accueil des partisans sera glacial à son endroit, lui qui n’a pas quitté l’équipe en très bons termes, refusant de multiples extensions de contrat de la part du directeur général Don Sweeney. Ce qui a mené à son échange aux Flames de Calgary en retour de trois choix au repêchage. Pourrait-il être un facteur dans la série ? À 25 ans seulement, Hamilton a déjà adopté son rôle de leader avec les Hurricanes. Il prend les jeunes joueurs comme Andrei Svechnikov et Sebastian Aho sous son aile et il ajoute beaucoup de profondeur, étant surtout en mesure de marquer des buts et de générer de l’attaque.

Ma prédiction :

Tout comme en saison régulière, ce sera une série extrêmement serrée. Les deux équipes ne se laisseront pas beaucoup d’espace sur la patinoire. Les gardiens de but seront à l’honneur dans ce duel, alors que Petr Mrazek sera de retour devant le filet des Canes pour le match #1 ce soir. Il fait taire les critiques à son endroit et garde les buts comme du jamais vue.

La bonne nouvelle, c’est que la Caroline est toujours invaincue à domicile avec 5 victoires en autant de matchs. Alors, s’ils parviennent à remporter au moins un match au TD Garden, Boston pourrait vite être poussé dans les câbles et devra jouer du hockey de rattrapage. Cependant, l’expérience des Bruins fera la différence et ils mettront fin au conte de fées des Hurricanes en six matchs.

Crédit photo: nhl.com

Écrit par: Tristan Côté

Article précédent

Un Québécois au camp d'évaluation de la NBA

Article suivant

Le Canada devra se passer de John Tavares

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *