HockeyLNH

Deux ajouts payants pour les Bruins

Avec la chance de remporter une Coupe Stanley cette année, l’organisation a fait de très bons ajouts à la date limite des transactions. En améliorant considérablement leur alignement, les Bruins de Boston sont allés chercher des éléments clés pour les amener au sommet. Les deux acquisitions sont : Charlie Coyle et Marcus Johansson.

Le directeur général des Bruins voulaient améliorer son club, mais pas au prix de détruire le futur de l’organisation. Lors de la date limite des transactions de cette année, Don Sweeney est allé d’une stratégie fort appréciable. Non seulement, il ne s’est pas départi de son 1er choix au prochain repêchage, mais il a été capable d’aller chercher deux bons joueurs pour améliorer son troisième trio.

Charlie Coyle

Pour acquérir le centre Charlie Coyle, les Bruins ont du se départir du jeune Ryan Donato et d’un 5e choix en 2019. Cet ancien choix de 2e ronde (Donato) possède une belle vitesse et un bon potentiel. Par contre, il n’a pas l’expérience et la combativité d’un Coyle. La transaction semblait déranger une partie des partisans des Bruins, car ce dernier n’a récolté que 6 points en 21 parties avec Boston. Tandis que Donato, de son côté avec le Wild, a amassé 4 buts et 12 passes en 22 parties. Toutefois, Coyle s’est avéré toute une acquisition pour cette danse printanière en amassant 6 buts et 6 passes en 17 parties éliminatoires. Il a récolté 4 points dans chacune des séries. Notamment, c’est grâce à son but en prolongation qu’il a permis aux Bruins de remporter le premier match face aux Blue Jackets de Columbus.

Marcus Johansson

L’acquisition de l’ailier gauche des Devils (pour un 2e et 4e choix) a aussi été vertement critiqué par les journalistes et les fans des Bruins Boston. Connu pour son état de santé fragile, Marcus Johansson avait des choses à prouver en s’amenant dans l’équipe de Zdeno Chara. Pourtant, Johansson a été un atout fort louable lors de ces séries. Ce dernier a récolté sa part de points avec 9 points en 17 parties, dont un but gagnant. Pour un joueur de 28 ans, évoluant sur un troisième trio, c’est remarquable. Le numéro 90 a également brillé par ses passes et sa vision de jeu, en améliorant du même coup, l’avantage numérique des siens.

Les deux acquisitions de Sweeney ont été payantes. Maintenant, reste à voir si cette belle aventure les mèneront à soulever la Coupe Stanley. Pour le moment, ils attendent leur prochain adversaire. Que ce soit les Sharks de San Jose ou les Blues de St. Louis, les Bruins seront prêts pour ce défi ultime.

crédit photo: s3.amazonaws.com/bostonsportsjournal-cdn

Maxime Gagné

Article précédent

Le Canada jamais inquiété contre le Danemark

Article suivant

Décès de la légende Niki Lauda

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *