HockeyLNH

Retour du balancier chez les Blues

Après une saison difficile l’an dernier, les Blues de St. Louis ont raté les séries éliminatoires pour la première fois depuis 2010. Cependant, ils ont amélioré considérablement l’alignement au printemps dernier avec l’acquisition de Ryan O’Reilly qui est d’ailleurs le meneur de l’équipe cette année avec 55 points en 54 rencontres. Malgré la profondeur en offensive pour les Blues, ils ont livré des performances en deçà des attentes, en début de saison, remportant seulement 7 victoires à leurs 20 premiers matchs. Néanmoins, ce n’était que la pointe de l’iceberg pour cette équipe, alors que le directeur général Doug Armstrong a congédié l’entraîneur-chef Mike Yeo et présentement, c’est Craig Berube qui est à la barre des Blues à titre intérim.

Avec les mauvaises performances qui se poursuivaient, compte tenu du changement d’entraîneur, plusieurs rumeurs d’échange impliquaient l’attaquant élite Vladimir Tarasenko qui est le visage de la franchise à St. Louis. Plusieurs analystes le critiquaient, mentionnant qu’il n’était pas un bon « leader » dans le vestiaire et qu’avec son salaire de 7.5 millions de dollars par saison, il se devait d’en donner plus sur la patinoire. Les Hurricanes de la Caroline et les Bruins de Boston étaient d’ailleurs de la conversation pour faire l’acquisition du Russe.

Le ciel était tombé sur la tête des Blues durant la première moitié de saison. De plus, le gardien de but #1 Jake Allen est chambranlant depuis quelques années. Il connaît actuellement l’une des pires campagnes en carrière avec une moyenne de buts alloués de 3.07 et un pourcentage d’arrêts de ,898. Allen n’est pas en mesure de gérer la pression comme gardien de but partant, lui qui avait beaucoup de succès en 2015, alors qu’il évoluait à titre de réserviste à Brian Elliott. Depuis le départ de son mentor, la confiance d’Allen est ébranlée, lui qui connaît toujours des mauvaises périodes entre le mois de janvier et février.

La bonne nouvelle, c’est malgré que Jake Allen ne soit ne pas au sommet de sa forme, le jeune Jordan Binnington, qui a toujours évolué dans la ligue américaine, donne raison à son entraîneur. Il veut prouver qu’il a sa place dans la grande ligue. Depuis son année de repêchage par les Blues en 2011, il a seulement disputé une rencontre dans la LNH. Par contre, depuis son rappel, il est la raison derrière le succès des Blues. Binnington compte 9 victoires en 11 matchs, il présente une moyenne de buts alloués de 1.72, un pourcentage d’efficacité ,931 et deux blanchissages.

Depuis le début de l’année 2019, les Blues sont en feu. Ils comptent 10 victoires à leurs 15 derniers matchs, à la suite de leur victoire de 5-4 en prolongation pour conclure une série de deux matchs en deux soirs face aux Predators de Nashville. L’équipe a maintenant signé une sixième victoire consécutive. C’est le retour du balancier pour les Blues, alors qu’ils sont de retour dans la course pour les séries éliminatoires, eux qui occupent présentement la première place parmi les équipes repêchées avec 59 points. Vladimir Tarasenko connait un second souffle, lui qui a récolté un tour du chapeau, hier soir à Nashville. Il compte actuellement 10 points lors de cette séquence victorieuse.

Par contre, les gros canons des Blues en attaque comme Brayden Schenn, Jaden Schwartz et Alexander Steen ont de la difficulté à produire. Il sera intéressant de voir ce que fera le directeur général Doug Armstrong à la date limite des transactions. Est-ce que St. Louis voudra toucher à son noyau de joueurs dans l’alignement ou échanger des choix au repêchage, afin de mettre la main sur un joueur de location à temps pour les séries ?

Les demandes des équipes seraient très élevées pour la période des transactions qui frappe à la porte. La date limite est le 25 février prochain et les Blues pourraient donc donner leur 2e et 3e choix au repêchage cette année ou leur premier choix en 2020, si jamais la situation propice se présente pour St. Louis. Armstrong n’a pas peur de sacrifier le futur de la franchise afin d’améliorer l’alignement, lui qui avait cédé son premier choix en 2019 aux Sabres de Buffalo pour faire l’acquisition de Ryan O’Reilly.

Une chose est sûre, les Blues devront disputer leur meilleur hockey d’ici la fin de la saison puisque l’association de l’Ouest est très relevée cette saison. Seulement 9 points séparent la deuxième équipe repêchée, le Wild du Minnesota, à la dernière place au classement occupée par les Ducks d’Anaheim. St. Louis devra connaître plus de succès à domicile, elle qui présente une fiche de 13-13-2 au Scottrade Center. Surtout s’ils souhaitent obtenir une septième présence en séries d’après saison lors des huit dernières années.

Crédit photo: nhl.com

Écrit par: Tristan Côté

Article précédent

Randy Carlyle finalement congédié par les Ducks

Article suivant

Nate Thompson avec le Tricolore ?

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *