CanadiensHockeyLNH

À quand le retrait du #25 de Jacques Lemaire ?

Avec sa sélection au sein de l’équipe sélecte des 100 meilleurs joueurs de l’histoire de la LNH en 2017 pour célébrer les 100 années d’existence de la LNH, et suite aux différents retraits de numéros au cours des dernières années par l’organisation du Canadien de Montréal, comment se fait-il que le numéro 25 de Jacques Lemaire ne soit pas encore retiré par l’équipe ?

Je crois qu’il est pertinent de se poser la question dans les circonstances. Il ne fait aucun doute, à mon avis, que Jacques Lemaire mériterait que son dossard #25 se retrouve parmi les immortels du CH dans les hauteurs du Centre Bell.

En plus de sa sélection parmi les 100 meilleurs joueurs de l’histoire, il a été élu au Temple de la renommée du hockey en 1984 pour sa brillante carrière de 12 saisons dans la LNH avec le Canadien, où il a remporté 8 coupes Stanley soit en 1968, 69, 71, 73 et quatre consécutives de 1976 à 1979. Deux critères essentiels pour être considérés parmi les immortels de l’organisation du Club de hockey Canadien, ajouté à sa sélection parmi les 100 meilleurs joueurs de l’histoire, dont 24 anciens joueurs du CH faisaient partie de cette sélection, ainsi que sept joueurs qui ont composé la dynastie des années soixante-dix, soit Yvan Cournoyer, Serge Savard, Guy Lafleur, Ken Dryden, Larry Robinson et Bob Gainey et évidemment Jacques Lemaire. Fait à noter, parmi tous ces joueurs, seul le numéro de Jacques Lemaire n’est toujours pas dans les hauteurs du Centre Bell.

Sur l’ensemble de sa carrière, incluant les séries éliminatoires, il a marqué 427 buts et obtenu 547 aides pour un total de 974 points en tout près de 1000 matchs soit 998 parties. Plus précisément, en 853 matchs de saison régulière, il a marqué 366 buts et obtenu 469 passes pour un total de 835 points. Pour le plus de buts dans l‘organisation, il se classe au 7e rang et pour le plus de passes, au 5e rang. En séries éliminatoires, en 145 rencontres, il a marqué 61 buts et amassé 78 aides pour 139 points.

De plus, il a formé l’un des meilleurs trios de la LNH dans les années 70 avec Guy Lafleur et Steve Shutt avec qui il a passé la totalité de sa carrière avec le CH en 12 saisons. Chez les meilleurs pointeurs de l’histoire du Canadien en saison régulière, il arrive au 7e rang de l’équipe derrière les Lafleur, Béliveau, Henri Richard, Maurice Richard, Larry Robinson et Yvan Cournoyer, à 28 points derrière le numéro 12. Il devance les Geoffrion, Lach, Moore, Lapointe et Gainey, dont leur numéro ont tous été retirés. À la position de centre, il arrive au 3e rang en saison régulière pour le nombre de points derrière Jean Béliveau avec 1219 points en 1125 matchs et Henri Richard avec 1046 points en 1256 matchs.

À noter qu’il a connu une saison de 40 buts et plus, en 1972-73, où il a marqué 44 buts. Pour les saisons de 30 buts et plus dans l’histoire de l’équipe, il se classe au 5e rang avec 6 saisons de 30 buts, tout comme Yvan Cournoyer. Pour les saisons de 20 buts et plus, il est au 4e rang en compagnie de Bernard Geoffrion et d’Yvan Cournoyer avec 12 saisons. Bien que Lemaire a disputé 3 saisons de moins et marqué moins de buts que Cournoyer, qui en a marqué 428, ses statistiques peuvent se comparer un peu avec Cournoyer. Il le devance tout de même au niveau des assistances, 469 contre 435.

Bien qu’il ait été entraîneur du Canadien pour une partie de la saison 1983-84 et de la saison 1984-85 et directeur adjoint au directeur général Serge Savard pendant quelques années, mon argument porte uniquement sur l’ensemble de sa carrière en tant que joueur du Canadien et je crois que l’ensemble de ses statistiques sont très éloquentes à cet effet. À noter que tous les numéros des joueurs retirés par le Canadien, tous ont été élus parmi les 100 meilleurs joueurs de l’histoire de la LNH en 2017, sauf ceux d’Émile Bouchard et de Guy Lapointe. Argument de plus en faveur du retrait du 25 de Lemaire à mon avis.

En conclusion, il serait plus que temps que l’organisation du Canadien considère le retrait du 25 de Jacques Lemaire. Il serait le 19e joueur de l’histoire à se mériter cet honneur après les Plante (1); Harvey (2); Bouchard (3); Béliveau (4); Geoffrion; Lapointe (5); Morenz (7); Maurice Richard (9); Lafleur (10); Moore; Cournoyer (12); Henri Richard; Lach (16); Savard (18); Robinson (19); Gainey (23); Dryden (29) et Roy (33). Il va sans dire que les statistiques parlent d’elles-mêmes.

Source : canadiens.com

Article précédent

Carey Price a été le premier joueur à féliciter Chantal Machabée

Article suivant

De nombreux congédiements d'entraineurs dans la NFL

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.