CanadiensHockeyLNH

À quand le retrait du numéro 22 de Steve Shutt ?

Dans sa glorieuse histoire, le Canadien a retiré plusieurs numéros, c’est-à-dire 15 jusqu’à présent. En analysant les statistiques éloquentes de Steve Shutt, il est pertinent de se poser la question pourquoi son dossard n’est toujours pas retiré par l’organisation du Canadien ?

Certains diront qu’il y a suffisamment de numéros qui ont été retirés par l’organisation et qu’on ne peut pas tous les retirer afin de  tracer une limite. Peut-être ? D’autres diront qu’il était un joueur unidimensionnel, peut-être ? Toutefois, ses statistiques font quand même foi de tout. Le dernier numéro retiré par le tricolore fut le #5 de Guy Lapointe en novembre 2014. Au total, 15 numéros ont été retirés pour 18 joueurs. Cependant, sur l’unique plan des statistiques, le nom de Steve Shutt doit revenir dans les discussions à mon avis. Outre ses statistiques impressionnantes, il a remporté la Coupe Stanley à 5 reprises en 1972-73, 1975-76, 1976-77, 1977-78 et 1978-79. Il a été admis au Temple de la renommée du hockey en 1993. Deux facteurs incontournables qui ajoutent au sérieux du retrait de son numéro. Analysons ses statistiques.

Statistiques impressionnantes

Il a joué plus de 12 saisons avec le Canadien, de 1972-73 à 1984-85. Il a terminé sa carrière avec les Kings de Los Angeles. En 59 matchs, il marqué 16 buts et obtenu 25 aides pour 41 points. Au cumulatif, en saison régulière, Steve Shutt se classe au 8e rang des meilleurs marqueurs de l’histoire des Canadiens avec 408 buts et 368 mentions d’aide pour un total de 776 points en 871 matchs joués derrière Jacques Lemaire avec 835 points. À noter que sept des neuf meilleurs pointeurs dans l’histoire de l’équipe en saison régulière ont leurs numéros retirés, à l’exception de Lemaire et de Shutt. Il devance Bernard Geoffrion, qui a toutefois joué moins de matchs que Shutt dans l’uniforme des Canadiens. En séries éliminatoires, Shutt se hisse au 9e rang de l’équipe. En 96 matchs disputés, sa fiche est de 50 buts et 48 passes pour un total de 98 points. Il arrive au 7e rang des meilleurs buteurs en séries dans l’histoire de l’équipe. En saison régulière, il est le meilleur buteur de l’équipe pour un ailier gauche avec ses 408 buts régulier et le 5e meilleur buteur de l’équipe dans l’histoire. Il détient aussi le record de l’équipe pour ses 9 saisons consécutives de 30 buts et plus, en plus d’avoir marqué le plus de buts en une saison avec 60, égalé par Guy Lafleur. En carrière, il a participé à 4 matchs des étoiles en 1976, 1978, 1980 et 1981. Au niveau international, il a remporté la Coupe Canada en 1976 et a participé à la Coupe Challenge en 1979.

Moore et Gainey 

En guise de comparaison avec deux ailiers gauches dont leurs numéros ont été retirés, Dickie Moore et Bob Gainey, les statistiques offensives de Shutt sont supérieures. En saison régulière, Dickie Moore a disputé 654 matchs, il a marqué 254 buts et obtenu 340 aides pour un total de 594 points, comparativement à 776 points pour Shutt qui a disputé 217 matchs de plus. En séries, en 112 rencontres, Moore a marqué 38 buts et obtenu 56 aides pour un total de 94 points contre 98 points pour Shutt en 16 matchs de moins soit 96.

Pour Bob Gainey, bien qu’il soit davantage reconnu comme joueur défensif, ses 4 trophées Selke en font foi, les statistiques offensives de Shutt sont nettement supérieures. En saison régulière, en 1160 matchs disputés avec le CH, il a marqué 239 buts et obtenu 262 aides pour un total de 501 points contre 776 pour Shutt avec 289 matchs en moins. En séries éliminatoires, en 182 rencontres, il a marqué 25 buts et obtenu 48 aides pour 73 points contre 98 points pour Shutt avec 86 matchs de moins.

Évidemment que je conviens qu’il est hasardeux de comparer les statistiques d’un joueur offensif avec celle d’un attaquant défensif. Toutefois, le but est de démontrer qu’avec ses statistiques offensives impressionnantes, en tant que meilleur pointeur comme ailier gauche dans l’histoire de l’équipe, saison régulière et éliminatoires, je crois que Shutt mérite que son numéro soit retiré. En terme de statistiques et Dieu sait qu’elles sont têtues, nul doute que son numéro a sa place dans les hauteurs du Centre Bell, tout comme celui de Jacques Lemaire d’ailleurs.

Pourquoi donc ne pas retirer celui de Shutt et de Lemaire en même temps, eux, qui ont joué ensemble dans les années 70, en plus de faire partie du même trio avec Guy Lafleur. Ils ont été des joueurs clés de la dynastie des Canadiens dans ces années-là. Leurs statistiques militent en leur faveur. Avec ces retraits, du 22 et du 25, on bouclerait la boucle avec les derniers numéros qui mériteraient d’être considérés par l’organisation. Force est de constater, qu’à court et à moyen terme, je ne vois pas quels anciens joueurs du CH pourraient aspirer à pareil honneur.

Bien que Saku Koivu a connu une belle carrière à Montréal, il n’a pas gagné la Coupe Stanley avec les Canadiens et n’est pas un membre du Temple de la renommée du hockey, deux critères essentiels à mon avis pour que l’on puisse considérer cette éventualité d’avoir son numéro retiré au plafond du Centre Bell. Dans l’éventualité, Shutt et Lemaire seraient alors les 19e et 20e joueurs de l’organisation à se mériter pareil honneur. À suivre !

Source : Canadiens.com et hockeyreference.com

Article précédent

Marc-André Fleury pourrait encore changer d'adresse

Article suivant

Kaiden Guhle vise une année occupée

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.