CanadiensHockeyLNH

Ça passe ou ça casse pour le Canadien ce soir

Après un deuxième revers face aux Maple Leafs hier soir, le Canadien semble avoir le dos acculé au pied du mur à l’aube de la quatrième partie. Le Tricolore doit maintenant espérer que son offensive débloque pour remporter trois matchs sur quatre contre les gagnants de la division Nord cette saison. Une tâche qui ne sera pas facile.

On sait que ce déblocage passera par une meilleure contribution offensive de tous les joueurs pour la suite de la série. Malheureusement, ce n’est pas avec 4 buts en 3 rencontres que le Canadien parviendra à éliminer son adversaire et même à gagner des matchs tout cours.

Pour l’instant, les attaquants produisent très peu, tout comme l’avantage numérique (0 en 9) et c’est une situation qui doit absolument changer. Seuls Paul Byron, Josh Anderson, Jesperi Kotkaniemi et Nick Suzuki ont touché la cible, alors que la majorité des vétérans sont invisibles. Où sont les vétérans Toffoli, Gallagher, Tatar, Perry ?

Pendant ce temps, on pourrait être tenté de critiquer le travail de Carey Price, mais sa contribution, le Tricolore ne gagne pas le premier affrontement et n’est pas dans le coup dans la rencontre d’hier. Comme en témoigne son efficacité de ,929%, le gardien du CH fait son travail avec efficacité et permet encore à son équipe d’y croire. Price pense d’ailleurs que son équipe débloquera très bientôt. Il doit espérer que ce sera ce soir durant le quatrième match.

« Pour être honnête, je ne suis pas frustré du tout, j’ai confiance en mes coéquipiers. Ils sont talentueux, je vois leurs lancers à l’entraînement. Je n’ai aucun doute qu’ils sont en mesure de marquer des buts » Carey Price.

Et probablement que ce déblocage se fera avec les jeunes joueurs. Lors du dernier tiers, Dominique Ducharme a laissé plus de temps aux jeunes comme Nick Suzuki, Cole Caufield et Jesperi Kotkaniemi. Ce qui a ouvert la porte à une domination du Canadien plus régulière et une chance de forcer la prolongation. On a juste manqué d’opportunisme, mais on dictait le jeu en offensive. Il s’agit donc de jouer avec la pédale dans le plancher pendant 60 minutes de jeu.

Est-ce qu’on va réussir à le faire enfin ce soir ? Ça, c’est une question que seuls les joueurs pourront répondre.

Article précédent

Les Jets balaient les Oilers en prolongation

Article suivant

« Vous verrez une équipe plus agressive » Josh Anderson

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *