CanadiensHockeyLNH

Corey Perry, la goutte qui fait déborder le vase

En prolongation, les officiels ont fait déborder le vase en n’appelant pas le coup de bâton au visage de Corey Perry, un jeu qui devait obligatoirement être pénalisé. On peut bien dire qu’il faut laisser les joueurs jouer en temps supplémentaire, mais un coup de bâton, qui fait saigner le joueur adverse en plus, est un automatisme et non pas selon le jugement de l’officiel.

Tout au long de la rencontre honnêtement, ça été une situation à sens unique pour les pénalités appelées d’un seul côté en faveur des Golden Knights. Ce qui devenait frustrant et incompréhensible, c’est que les arbitres sifflaient des pénalités contre le Canadien, mais un jeu similaire effectué par Las Vegas n’était pas considéré.

Heureusement, le Tricolore joue bien en désavantage numérique (sans but alloué depuis le quatrième match contre Toronto) et il a trouvé le moyen de gagner quand même, mais il y a clairement de l’injustice présentement et on espère que la LNH corrigera le tir pour dimanche soir. Hier soir, le Canadien a eu 4 pénalités, alors que Vegas en a eu seulement 2, mais aurait facilement pu être égal avec leur adversaire. Depuis le début de la série, on parle de 10 pénalités au Canadien et seulement 5 pour les Golden Knights, le double.

Corey Perry a donc reçu les premiers soins après ce coup de bâton, mais il a au moins pu revenir sur la patinoire pour célébrer le but gagnant de Josh Anderson qui procurait une avance de 2-1 dans cette série. Ce geste peut paraitre minime avec Perry, mais ça illustre vraiment à quel point il est un grande leader dans le vestiaire. Son rôle est tellement important pour le Canadien.

Article précédent

Dominique Ducharme s'absentera pour au moins 10 jours

Article suivant

Quand "Goal" Caufield marque, tout va bien

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *