CanadiensHockeyLNH

La progression de Nick Suzuki se poursuit

S’il y a bien un joueur qui a été constant tout au long de la saison chez le Canadien, c’est bien le jeune attaquant Nick Suzuki.

Il a d’abord été le seul membre du Tricolore à disputer tous les matchs de son équipe cette saison, tout en étant incommodé par une blessure dans le dernier droit de la campagne. C’est pourquoi il a refusé l’invitation du Canada pour le Championnat du monde.

L’athlète de 22 ans vient déjà de compléter sa troisième année dans la LNH et on peut encore parler de grosse progression dans son jeu globalement. À ses deux premières saisons dans le circuit, il avait amassé en moyenne 14 buts par année et 41 points. Cette année, il est passé à des sommets personnels de 21 buts et 61 points, tout en profitant de l’avantage numérique pour amasser 20 points.

Évidemment, il a montré un faible différentiel de -29 au fil de la campagne, mais aucun joueur du Canadien ne s’est vraiment démarqué à ce chapitre, alors que Suzuki a surtout appris à jouer au centre plus souvent avec des adversaires de qualité devant lui. Pour le moment, il joue au niveau d’un deuxième centre de la LNH et ça a paru au fil de la saison.

Toutefois, quand on parle de grosse progression, l’arrivée de l’entraîneur-chef Martin St. Louis lui a insufflé une nouvelle énergie avec son partenaire Cole Caufield. Lors des 37 derniers matchs de la saison, Suzuki a récolté 12 buts et 34 points au total, pour un point de moins que Caufield pour le même nombre de rencontres.

Bien sûr, on se dit bien qu’il n’a pas le choix de produire avec gros salaire de 7,875 M$ par saison pour les huit prochaines années, mais on voit qu’il s’approche pas mal de cette valeur salariale. Parmi les joueurs de 22 ans et moins dans la LNH, il a terminé dans le top 5 des meilleurs pointeurs, indiquant qu’il suit une bonne vague de progression.

Il reste maintenant à espérer qu’il soit encore plus dominant l’an prochain et qu’il puisse avoir un meilleur appui au centre du Canadien l’an prochain. Sans oublier qu’il pourrait assumer le rôle de capitaine de l’organisation dès 2022, ce qui pourrait être aussi très exigeant.

Article précédent

Le Rocket s’offre la troisième place de la division

Article suivant

Victor Mete sera libre comme l'air

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.