CanadiensHockeyLNH

Mi-saison : Le CH au fond dans plusieurs catégories

Le Canadien vient de compléter la première moitié de la saison régulière et force est d’admettre que ce n’est pas glorieux du tout. Le Tricolore se retrouve au fond du classement dans plusieurs catégories qui expliquent facilement pourquoi on connait autant de difficultés cette année.

Au départ, on retrouve l’équipe au dernier rang du classement général avec un dossier de 8-26-7 pour seulement 23 points en 41 parties. Les Coyotes de l’Arizona sont tout près à 24 points en 40 matchs. Le seul point positif ici, c’est que le Canadien luttera donc pour la première sélection du repêchage avec un pourcentage de 25,7 % de chances de gagner la loterie.

La troupe de Dominique Ducharme possède également le pire différentiel de la LNH à -64, ayant marqué seulement 90 buts et alloué 154 filets au total. Sans oublier la pire moyenne de buts marqués par match à 2,17 et la pire moyenne de buts alloués par rencontre à 3,76. On est d’ailleurs l’équipe qui alloue le plus grand nombre de lancers par match avec une moyenne de 35,2.

Finalement, on observe les unités spéciales pour constater que l’équipe possède le 31e avantage numérique à 13,1 % et le 29e désavantage numérique de la LNH avec une efficacité de 73,2 %. D’ailleurs, le Canadien se classe au 30e rang de la ligue pour le nombre de pénalités mineures cette saison avec un total de 156. L’indiscipline n’aide pas non plus.

Si on regarde du côté de la production individuelle, Nick Suzuki est actuellement le meilleur pointeur de l’équipe avec 24 points en 41 matchs. Il récolterait ainsi environ 48 points avec la même production en 82 parties. Le #14 est aussi le meilleur buteur à la mi-saison avec huit buts à égalité avec Josh Anderson qui a toutefois disputé 30 matchs.

Bref, on pourrait mettre la faute sur plusieurs facteurs, que ce soit les blessures de plusieurs vétérans (Price, Weber, Edmundson, Byron), la perte de joueurs importants l’été dernier et la baisse de régime après une défaite en finale, mais ça n’explique quand même pas tout. Comment une équipe peut perdre autant de plumes en peu de temps ?

Il est certain que la pandémie a donné une chance en or pour la Canadien de se rendre en finale. Toutefois, on a l’impression qu’il manque cruellement de leadership dans ce vestiaire et il ne semble pas y avoir eu de solutions pour se sortir du pétrin. Même s’ils en ont donné beaucoup au Tricolore dans les dernières années, les leaders comme Gallagher et Petry n’ont pas fait leur travail cette année et ça ressent partout dans le vestiaire.

Heureusement, on comprend le message chez le Canadien et l’arrivée du directeur général Kent Hughes aidera à reconstruire l’équipe. En tout cas, on l’espère.

Article précédent

Christian Dvorak victime d’un coup vicieux

Article suivant

Hockey Canada dévoile son équipe olympique

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.