CanadiensHockeyLNH

Non, le Canadien n’est pas dans la pire division

On a tendance à diminuer les succès du Canadien cette saison, alors que selon plusieurs, l’équipe évolue dans la division la plus faible. Pourtant, plusieurs éléments prouve que la division canadienne est très solide depuis le début de la saison, malgré tout ce que l’on pourrait croire.

Si on regarde le classement général actuel, 5 équipes canadiennes se retrouvent dans le top 12 de la LNH en ce début de campagne où environ 10 matchs ont été disputés. Le Canadien mène la charge avec 16 points, alors que les Maple Leafs de Toronto sont tout juste derrière avec 15 points. Aucune autre division compte 5 équipes aussi bien classées. Il y a donc des bonnes et mauvaises équipes pour chaque division, la troupe de Claude Julien n’est donc pas favorisée pour autant.

D’un côté, le Tricolore a affronté une seule fois les Leafs qui est la deuxième meilleure équipe de la division. De l’autre côté, on n’a pas encore joué contre les Sénateurs d’Ottawa qui est la pire formation dans le Nord. On a donc affronté les équipes de milieu de peloton de la division, trouvant le moyen de montrer une fiche dominante de 7-1-2 jusqu’à maintenant. Il y a un équilibre entre les 2.

Par rapport au classement de la dernière campagne, la division Ouest avec les Coyotes (22e), Sharks (29e), Kings (28e) et Ducks (27e) est la plus faible des 4 de la LNH. Évidemment, ce n’est pas une opinion partagée de tout le monde, surtout qu’on affronte plus souvent les mêmes équipes cette saison.

Bref, c’est discutable assurément. Cependant, on doit dire que le Canadien n’a pas nécessairement une division plus faible devant lui, alors qu’en plus, seulement 4 équipes sur 7 peuvent faire les séries. C’est donc plus difficile que les autres divisons pour atteindre les séries éliminatoires. L’an dernier, sans la ronde de qualifications, 4 équipes de la division canadienne auraient fait les séries.

Article précédent

Marc Bergevin certainement favori au DG de l'année

Article suivant

Le travail d’Artturi Lehkonen en désavantage numérique souligné

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *