Course

Sebastian Vettel avec Ferrari: un bilan plutôt mitigé !

La saison 2021 marquera l’arrivée de nouveaux duos de pilotes en F1, dont une nouvelle association entre Sebastian Vettel et l’écurie Aston Martin Cognizant. En 2020, Vettel a complété son association avec Ferrari, qui a débuté en 2015 après un passage fructueux chez Red Bull, avec qui il a remporté ses quatre titres de pilote en F1 de 2010 à 2013.

Années chez Ferrari

Après 6 saisons passées chez Ferrari, force est de constater que le bilan est plutôt mitigé dans les circonstances. Analysons de plus près ses statistiques qui militent en faveur de ce constat. De 2015 à 2020, en 118 Grand Prix, il aura remporté au total 14 victoires; obtenu 55 podiums; 12 poles et 14 tours le plus rapide. Il est passé près du championnat en 2017 et en 2018, en terminant 2e au championnat des pilotes. On dirait qu’après sa sortie de piste à Hockenheim, au Grand Prix d’Allemagne en 2018, alors qu’il menait la course, il ne fut plus le même pour le reste de la saison et que dire de l’année suivante avec l’arrivée de Charles Leclerc en 2019. Le Monégasque l’a devancé au classement en 2019 et en 2020, comme ce fut le cas à sa dernière saison en 2014 avec Red Bull contre son coéquipier Daniel Ricciardo.

La saison 2020, aura été la pire saison de son association avec Ferrari pour le quadruple champion du monde. On a l’impression qu’il n’a jamais été à l’aise au volant de la SF 1000. Il n’a obtenu qu’un seul podium, soit une 3e position au Grand Prix de Turquie et le 13e rang au classement des pilotes avec 33 points, contrairement à Leclerc qui a terminé 8e avec 98 points.

Somme toute, il n’aura pas été en mesure de remporter un titre des pilotes avec Ferrari, objectif qu’il s’était fixé à ses débuts à son arrivée avec la Scuderia comme l’avait fait Michael Schumacher. À sa défense, seul Kimi Raikkonen a pu le faire en 2007. Fernando Alonso n’a pu le faire bien qu’il est passé très près en 2010 et 2012 et le quadruple champion du monde, Alain Prost, en 1990 et 1991.

À sa défense, Mercedes et Lewis Hamilton ont été dominants depuis 2014 depuis l’arrivée de l’ère des moteurs hybrides.

Instabilité au sein de Ferrari

Outre ses performances mitigées sur la piste, il y a eu beaucoup d’instabilité au sein de la direction de Ferrari au cours des six années de Vettel chez Ferrari, notamment beaucoup de changements dans la direction de la Scuderia avec le décès de Sergio Marchionne; l’arrivée de Louis Camilleri; le départ du directeur de la gestion sportive Maurizio Arrivabene, suivi de l’arrivée de Mattia Binotto, sans compter le départ du coordonnateur technique James Allison pour Mercedes.

Il sera donc intéressant de voir comment il va rebondir cette saison avec Aston Martin, motorisé par Mercedes, aspect qui ne pourra pas nuire pour la suite de la carrière de Vettel dont sa dernière victoire remonte au Grand Prix de Singapour en 2019. A-t-il toujours le feu sacré? Je crois que oui. Il voudra faire taire ses dénigreurs et par conséquent, je m’attends à une bonne saison du pilote allemand de 33 ans qui a remporté 53 victoires en carrière et obtenu 121 podiums.

Premier Grand Prix de la saison, Bahreïn le 28 mars. Je suis plus qu’impatient !

Texte de Martin Fournier

Article précédent

Nikita Scherbak connait du succès dans la LAH

Article suivant

Tyler Toffoli à égalité avec Connor McDavid

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *