DiversTennis

La coupe Rogers de Toronto est annulée

Après l’édition féminine à Montréal, voilà que la Coupe Rogers masculine de Toronto est également annulée du calendrier 2020 de l’ATP.

Celle-ci devait avoir lieu du 8 au 16 août prochains, mais a été repoussée à la saison prochaine, alors que le volet masculin à Toronto aura plutôt lieu en 2021. Les détenteurs de billets n’auront qu’à les conserver pour l’an prochain.

Ce qui n’est pas nécessairement une surprise en soi, considérant que la présentation de Montréal a été annulée le mois dernier. On aurait tenté de présenter l’événement à huit-clos, mais il semble que toutes les mesures à prendre pour éviter de propager le virus étaient compliquées avec le respect d’une quarantaine obligatoire de 14 jours pour tous les voyageurs qui arrivent de l’étranger.

« Nous avons estimé que pour organiser un tel tournoi, nous aurions besoin d’avoir jusqu’à 450 personnes sur place. La sécurité de ces personnes, pendant les deux semaines de l’événement, aurait été une préoccupation pour Tennis Canada. Dans le contexte actuel, le niveau de risque serait resté élevé, surtout pour un sport comme le tennis où les athlètes viennent de toutes les régions du monde”, a mentionné Gavin Ziv, le directeur général de la Coupe Rogers de Toronto.

Et dites-vous que Tennis Canada a tout tenté pour présenter cet événement puisque l’organisation prévoit des pertes financières de l’ordre de 17 millions $ en 2020, à cause de la pandémie de la COVID-19. La Coupe Rogers représente un revenu très important qui ne sera pas comptabilisé cette année.

Cette annonce survient 24 heures après que l’USTA ait annoncé la présentation des Internationaux des États-Unis aux dates qui étaient prévues sur le calendrier de l’ATP et de la WTA.

De plus, l’ATP a présenté un calendrier de retour au jeu avec la reprise à Washington le 14 Août prochain. Le tournoi de Roland-Garros aura lieu le 27 septembre, alors que Wimbledon a déjà été annulé.

Article précédent

Un joueur de 16 ans signe avec l'Impact

Article suivant

10 ans plus tard, Price ou Halak ?

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *