HockeyLNH

Analyse 32 en 32 : Wild du Minnesota

Le Wild du Minnesota n’a pas été le plus actif durant la saison morte, mais en a fait suffisamment pour changer le visage de l’équipe. On a tourné la page avec les vétérans Ryan Suter et Zach Parise qui ont été libérés par l’équipe, même s’il restait encore 4 saisons à écouler à leur contrat. Ces rachats ont libéré de l’espace sous la masse salariale à court terme, mais on devra vivre avec une grosse pénalité pour 8 ans.

Le visage de l’offensive n’a pas beaucoup changé, alors que les principaux dossiers à régler étaient les signatures de contrat pour Kirill Kaprizov et Joel Eriksson-Ek, deux joueurs de premier trio qui appartiennent au futur de l’organisation et qui ne vont que s’améliorer l’an prochain. On connait également le potentiel de Kevin Fiala et Mats Zuccarello pour marquer des buts, eux qui ménent une offensive rapide, mais peu physique.

Pour le reste de l’attaque, on ne parle pas de grand talent, alors que ceux-ci compensent avec leur énergie pour faire noircir la feuille de pointage. On peut rapidement penser à Nick Bjugstad, Jordan Greenway, Marcus Foligno, Victor Rask, Nico Sturm et Ryan Hartman. Ce qui forme certainement un bel équilibre en offensive, même s’il semble manquer un peu de talent au final. Cela pourrait éventuellement être comblé par les jeunes Marco Rossi ou Matthew Boldy, mais ils ne semblent pas tout à fait prêts à faire le saut dans la LNH encore. Une saison de plus derrière la cravate et ils formeront une attaque redoutable. Les départs de Parise, Nick Bonino et Marcus Johansson ne devraient pas trop se faire sentir.

En défensive, on passe d’un solide top 4 à un bon top 3 avec le départ de Suter, mais on sait que Matt Dumba, Jared Spurgeon et Jonas Brodin sont encore capables d’assurer un grand rôle défensif. Ceux-ci devraient se partager la charge de travail de Suter, alors que le vétéran Alex Goligoski devrait amener un certain équilibre dans la brigade défensive. On parle tous d’arrières qui aiment contrôler la rondelle et qui possèdent une bonne première passe. Défensivement, on se trouvait au milieu du peloton l’an passé et ça risque d’y ressembler encore. On a aussi amené Jordie Benn et Dmitry Kulikov sur la dernière paire, eux qui se trouvent dans la bonne chaise pour être efficace et faire le travail. Ceux-ci sont moins mobiles, mais ils ne seront pas beaucoup sollicités.

Devant le filet, on peut se vanter d’avoir conservé le même duo de gardiens qui a été très solide l’an dernier. Cam Talbot et Kaapo Kähkönen n’ont pas pris le poste de numéro un en 2021, mais ils ont bien fait pour se partager la tâche avec efficacité. En gardant les deux portiers, on sait donc à quoi s’attendre et on pourra continuer le travail déjà bien entamé dans la dernière année.

Bref, le Wild a surpris l’an dernier en participant aux séries éliminatoires, mais le directeur général Bill Guerin croit en son équipe et sait que le potentiel est plus grand que l’on pense. On espère donc que Kaprizov et compagnie pourront poursuivre leur progression vers le haut, afin de reprendre là où on avait laissé en 2021.

Départs : Zach Parise, Ryan Suter, Nick Bonino, Carson Soucy, Ian Cole, Marcus Johansson


Arrivées : Frédérick Gaudreau, Alex Goligoski, Jon Merrill, Jordie Benn, Dmitry Kulikov,


Formation :

Kirill Kaprizov – Joel Eriksson-Ek – Kevin Fiala

Mats Zuccarello – Nick Bjugstad – Jordan Greenway

Marcus Foligno – Victor Rask – Ryan Hartman

Kyle Rau – Nico Sturm – Frédérik Gaudreau


Jonas Brodin – Matt Dumba

Alex Goligoski – Jared Spurgeon

Dmitry Kulikov – Jordie Benn


Cam Talbot – Kaapo Kähkönen


Classement dans l’Ouest : 7e rang

Article précédent

Ducharme est déçu du départ de Kotkaniemi

Article suivant

Les Lions de Trois-Rivières au Colisée Vidéotron

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *