HockeyHockey Junior

Lafrenière et compagnie

Le Championnat Mondial de Hockey Junior est déjà derrière nous et que dire de cette victoire du Canada! En retard 3-1 contre les russes, les canadiens ont surmonté l’écart de deux buts pour ainsi mettre la main sur la médaille d’or. Merci au héros obscur de la rencontre, Akil Thomas! Le choix des Kings a à peine jouer quatre minutes dans le match final. 

À chaque année, la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec est toujours bien représentée leur de ce tournoi annuel. Juste dans le camp canadien, on retrouvait cinq joueurs de la LHJMQ, mené bien évidemment par Alexis Lafrenière. Un sixième aurait pu percer la formation, mais Benoît-Olivier Groulx a été le dernier joueur retranché par la direction canadienne.  Au-delà de l’attaquant vedette de l’Océanic, comment se sont débrouillés les autres représentants de la Ligue, peu importe leur nationalité. Au total, ce sont 15 joueurs de la LHJMQ qui ont représenté leur pays à Ostrava. 

À prime abord, commençons par les champions. Comme mentionné ci-haut, le Canada avait une belle brochette de joueurs issu du Circuit Courteau. Alexis Lafrenière, Dawson Mercer, Raphael Lavoie, Jared McIsaac (D) et Olivier Rodrigue (G) portaient tous le rouge et blanc. 

Malgré une blessure qui aurait pu s’avérer très coûteuse, Alexis Lafrenière a été en mesure de terminer la compétition. L’attaquant vedette s’était blessé lors de la rencontre qualificative contre la Russie et on craignait le pire dans son cas. Parions que tous les partisans de l’Océanic ont retenu leur souffle sur le séquence. Blessé ou non, l’influence de Lafrenière s’est fait sentir sur toute l’organisation. C’est pas pour rien qu’il est perçu comme étant le tout premier choix au prochain repêchage de la Ligue Nationale de Hockey. En cinq rencontres dans le tournoi, il a tout de même maintenu un rythme de deux points par match avec une récolte totale de 10 points. Il a d’ailleurs été nommé l’attaquant et le joueur par excellence de l’édition 2020. 

Ce fût plus difficile pour les deux nouvelles acquisitions des Saguenéens de Chicoutimi. Âgé de 18 ans, Dawson Mercer s’est vu être utilisé sur le quatrième trio, obtenant que très peu de temps de glace. Il sera assurément de retour avec l’équipe l’an prochain. Même s’il n’a obtenu aucun point dans la compétition, l’attaquant originaire de Terre-Neuve est une menace constante par son tir des poignets foudroyant. Selon son parcours cette année avec les Sags, qui aspirent aux grands honneurs, son expérience lui sera bénéfique. 

Principalement utilisé sur les deux derniers trios à l’image de Mercer, Raphael Lavoie n’a pu étendre tout son talent à Ostrava. Tout comme son nouveau coéquipier, il possède l’un des meilleurs tirs des poignets de toute la ligue. Il a récolté deux mentions d’assistance dans le tournoi,  Les deux ensemble risquent de connaître du succès avec les Saguenéens en cette deuxième moitié de saison. Reste à voir avec qui ils seront jumelés. 

En défensive, Jared McIsaac n’a disputé que trois matchs cette saison en 2019-2020 avec les Mooseheads et sa place était tout de même déjà acquise à la ligne bleue du Canada. Il a été échangé dans les derniers jours aux Wildcats de Moncton, qui assurément, deviennent une puissance dans la ligue pour les prochains mois. Le défenseur a connu un bon tournoi dans l’ensemble sans se compromettre dans son territoire. 

Malgré la victoire et la médaille d’or autour du cou, Olivier Rodrigue a certainement dû vivre une déception. Le gardien des Wildcats de Moncton a été relégué au poste de troisième rôle, derrière Nico Daws et Joel Hoffer. Ces derniers n’avaient aucune expérience au niveau international, à l’instar de Rodrigue, et ont réussi à forcer la main des dirigeants canadiens. Le chicoutimien avait la pression d’être le premier québécois depuis Zachary Fucale d’être le gardien de confiance dans la cage du Canada. Il aura maintenant la chance de compétitionner pour les grands honneurs avec les Wildcats, contre notamment les Saguenéens de Chicoutimi. Quatre points séparent les deux équipes au classement de la conférence de l’Est. 

TROIS RUSSES EN ARGENT 

Le Canada et la Russie ont croisé le fer à deux reprises lors de cette édition 2020 ; d’abord en ronde préliminaire et en grande finale. Les russes avaient infligé une cuisante défaite de 6-0 aux canadiens, l’une des pires performances dans l’histoire du pays. Les représentants de l’Unifolié auront pris leur revanche en finale et gagner la médaille d’or. 

Dans le camp russe, Nikita Alexandrov des Islanders de Charlottetown et Alexander Khovanov des Wildcats de Moncton ont été, à mon sens, les surprises du tournoi. Plus particulièrement Alexandrov. 

Le joueur de centre des Islanders passe quelque sous le radar puisque les Islanders n’est pas une équipe attirant beaucoup d’attention. Et pourtant, ils sont en très bonne position au classement de la conférence de l’Est dans le Circuit Courteau. Le russe a terminé dans le top 15 des meilleurs pointeurs du tournoi avec huit points en sept rencontres. Il a joué un rôle important pour son équipe dans le dernier match de la compétition alors qu’il avait ouvert la marque pour son équipe sur un tir dévié. À sa troisième saison avec les Islanders, le choix de deuxième ronde des Blues de St-Louis en 2019 totalise 23 points en 19 rencontres, dont 14 buts. 

À l’image de son compatriote, Alexander Khovanov a connu un bon tournoi. Sa collaboration offensive a permis à son pays d’atteindre la finale. Il a été une pièce maîtresse lors du match demi-finale contre la Suède, obtenant un but et une passe. Ses huit points dans toute la compétition le place à égalité au deuxième rang des pointeurs avec Alexandrov. Seul l’espoir des Panthers de la Floride, Grigori Denisenko a obtenu plus de points avec neuf. Tout comme Rodrigue avec les Wildcats, Khovanov sera un élément important pour Moncton en deuxième moitié de saison. 

L’attaquant des Eagles du Cape-Breton, Egor Sokolov a connu un tournoi en dent de scie. Malgré son physique imposant et ses habiletés de franc-tireur, le russe de 19 ans a été sous-utilisé lors du championnat. Et pourtant, il avait montré de belles choses lors des rencontres préparatoires. Au final, il aura marqué trois buts, dont un en demi-finale et une mention d’aide lors du match ultime. Sokolov, non repêché, pourrait entendre cette année. 

LA SUISSE ET L’ALLEMAGNE SURPRENNENT

D’année en année, on voit de plus en plus de nations moins nanties tenir le fort face à de grandes puissances. Les bassins de joueurs s’agrandissent et la qualité du jeu s’améliore. 

La Suisse et l’Allemagne, de façon respective, n’ont pas été de grands marchés de hockey par le passé. L’influence de joueurs atteignant la Ligue Nationale changent la dynamique. On a qu’à penser à Roman Josi (Suisse) ou Leon Draisaitl (Allemagne). Les deux vedettes sont des héros locaux et ouvrent la porte à de nombreux jeunes. 

Malgré une édition plus difficile, les suisses représentent des adversaires de taille et batailleront jusqu’à la dernière minute. L’attaquant des Cataractes de Shawinigan, Valentin Nussbaumer est l’un des plus beaux espoirs du pays et fait parti de cette nouvelle génération de jeunes joueurs européens. Nussbaumer a complété le championnat au premier rang des pointeurs de son équipe avec une récolte de sept points. Il a fait le saut en Amérique du Nord l’an dernier après avoir été sélectionné au quatrième rang du repêchage européen de la Ligue Canadienne de Hockey. Âgé de 19 ans, il a mis du temps avant de se mettre en marche, mais ses habiletés de passeur sont indéniables. Il en compte 18 cette saison, en plus d’avoir rempli le filet à sept occasions. Mavrick Bourque et lui forment un duo redoutable chez les Cats et ils seront à surveiller chez la formation mauricienne. 

Le prochain sur la liste a probablement a dû s’inspirer du style de Roman Josi. Défenseur droitier des Olympiques de Gatineau, David Aebischer (oui comme l’ancien gardien du Canadien), s’est montré le quart-arrière de cette défensive. À sa deuxième participation avec l’équipe suisse, il a connu une amélioration fulgurante, passant d’un maigre point l’an dernier à six cet hiver. Même avec les Olympiques, nul été les blessures, il était en voie de connaître sa meilleure saison. Le défenseur a été limité à 18 parties cette saison, accumulant 13 points au passage. Gatineau se trouve dans une situation précaire dans le moment en étant hors du portrait des séries. Six points les séparent de la dernière place donnant un billet aux séries, place détenue dans le moment par les Remparts de Québec. 

À l’image de la Suisse, l’Allemagne est un pays qui s’améliore au fil des compétitions. Ils ont même pris les devant face aux américains dans le premier match des rondes préliminaires, avant d’échapper la rencontre 6-3. Les allemands se sont bien repris en surprenant l’équipe hôte, la République Tchèque. Classé parmi les plus beaux espoirs au prochain repêchage, Tim Stutzle a épaté la galerie à quelques reprises.  

Représentant le Phoenix de Sherbrooke, Taro Jentzsch s’est démarqué par son défensif. À plusieurs reprises, il était l’homme de confiance pour les mises en jeu importantes, notamment dans les dernières minutes contre les Tchèques. L’attaquant s’est gardé parmi les meilleurs de son pays dans la colonne des points avec quatre mentions d’assistances. Sa moyenne de temps de jeu par match s’élève à tout près des 20 minutes. 

Le Championnat Mondial Junior est devenu une tradition du temps des fêtes pour bien des amateurs, incluant l’auteur de ces lignes. Il est admirable de voir tous ces jeunes joueurs, au potentiel énorme, s’affronter pour déterminer la puissance mondiale. Plusieurs d’entre eux auront la chance de devenir de grands joueurs, voir des vedettes, dans la Ligue Nationale.

D’ici là, que nous réserve déjà la prochaine édition? Quelles seront les surprises ?

Avec la victoire en finale du Canada et les frissons ressentis, parions que les canadiens voudront conserver leur titre de champion! 

À l’année prochaine!

 

Article précédent

Le Canadien aurait eu de l'intérêt pour Chris Kreider

Article suivant

Une série de 6 revers à freiner pour le Canadien

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *